Ce site web utilisent des cookies.
En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience.

Aujourd’hui être dirigeant d’une société ne consiste plus comme par le passé à produire, vendre et générer des bénéfices. Nous sommes tous conscients qu’il faut réfléchir autrement et agir différemment.
Comme grand nombre de sociétés du monde du textile j’ai fait le choix de faire fabriquer mes produits en Asie.


Néanmoins, j’ai pleinement conscience de l’impact négatif de ce genre de démarche notamment en termes de transport.
Par ailleurs de mon point de vue personnel, considérer que l’écologie n’est qu’un problème territorial est simpliste. Considérer que nous Français faisons bien les choses et continuer à ignorer ce qui se passe dans le reste du monde est à mon sens une analyse très égoïste.

Si effectivement produire dans mon pays est certainement positif d’un point de vue économique et écologique, s’il est vrai que chaque action personnelle est une pierre apportée à l’édifice, j’ai personnellement choisi de procéder différemment.

En effet j’ai fait le choix de travailler avec la Thaïlande, et les entreprises avec lesquelles j’ai des partenariats commerciaux sont situées à Bangkok. Cette ville fait partie des 10 villes les plus polluées de la planète et les autorités ne semblent pas particulièrement sensibilisées aux problèmes de santé publique créés par le rejet de particules dans l’atmosphère par les véhicules.
Lors de mes déplacements, j’ai pu constater par moi-même le nombre de véhicules et les problèmes de circulation qui viennent détériorer la qualité de l’air. Beaucoup de personnes utilisent des masques pour se protéger. Il n’est pas rare de voir dans la presse française des articles traitant de ce sujet.

La pollution de l’air n’est qu’une infime partie de la problématique et si j’ai pu observer à certains endroits du tri sélectif, il n’en demeure pas moins que l’usage intensif des matières plastiques détériore l’environnement, pollue les rivières et les mers.
Alors je me suis posé la question de savoir comment je pouvais apporter différemment « ma pierre à l’édifice » et j’ai analysé ce qui se passe dans mon pays depuis maintenant une quinzaine d’années : sensibiliser les jeunes aux gestes écologiques
Comment changer durablement les comportements ?

Par l’éducation, par la mise à disposition de moyens pédagogiques adaptés aux plus jeunes.
Les enfants sont l’avenir de la planète.

De mon vécu de père j’ai pu observer que les enseignants, en sensibilisant les enfants, arrivent à changer les comportements de nous parents.
Partant de ce constat simple, j’ai imaginé qu’il serait intéressant de le transposer dans le pays où je fais fabriquer mes vêtements. L’idée d’un échange culturel et écologique avec une école Française et une école Thaïlandaise est ainsi né.
Drivers’ Club Company est un lien entre l’Europe et l’Asie. Nos enfants par le biais de petits reportages expliquent ce qui est fait chez nous et échangent avec des enfants de leurs âges en Thaïlande, qui a leur tour pourront mettre en place, certaines choses et ainsi changer leur état d’esprit.

Drivers’ Club Company reversera 1 € sur chaque vêtement acheté à une association créée sur place pour leur donner des moyens techniques et pédagogiques.
Telle est notre pierre à l’édifice.